top of page

Femme Chamane : Pouvoir Féminin ou Puissance Féminine ?



Pourquoi faire une différence entre Pouvoir et Puissance ? Porte-t-elle sur la forme ou sur le fond ? Le choix même d’un verbe transitif ou pronominal nous éclaire sur la forme en en devinant le fond. On a du Pouvoir. On est Puissant ...


Le pouvoir correspond à l’aptitude de l’homme à agir, et à agir de façon concertée ou dictatorial. Le pouvoir n’est jamais une propriété individuelle ; il appartient à un groupe et continue à lui appartenir aussi longtemps que ce groupe n’est pas divisé. Lorsque nous déclarons que quelqu’un a du « pouvoir » sur un certain nombre de personnes, nous entendons par là qu’il a reçu la faculté d’agir en leur nom, ou qu'il a pris sous forme d'autoritarisme la volonté de soumettre un groupe. Lorsque le groupe d’où le pouvoir émanait à l’origine se dissout ( s’il n’y a pas de peuple ou de groupe, il ne saurait y avoir de pouvoir) son « pouvoir » se dissipe également. Dans le langage courant, lorsqu’il nous arrive de parler du « pouvoir d’un homme ou d'une Femme », du « pouvoir d’une personnalité », nous conférons déjà au mot « pouvoir » un sens métaphorique : nous faisons en fait allusion à sa capacité d'agir sur et pour les autres.


La puissance désigne sans équivoque un élément caractéristique d’une entité individuelle ; elle est la propriété d’un objet ou d’une personne et fait partie de sa nature ; elle peut se manifester dans une relation avec diverses personnes ou choses, mais elle en demeure essentiellement distincte.


La plus puissante individualité pourra toujours être accablée par le nombre, par tous ceux qui peuvent s’unir dans l’unique but d’abattre cette puissance, à cause justement de sa nature indépendante et singulière.

L’ hostilité presque instinctive du nombre à l’égard de l’homme seul a toujours été attribuée, de Platon jusqu’à Nietzsche, au ressentiment, à l’envie qu’éprouve le faible à l’égard du fort, mais cette explication psychologique ne va pas au fond des choses.

Cette hostilité est inséparable de la nature même du groupe, et du pouvoir qu’il possède de s’attaquer à l’autonomie qui constitue la caractéristique même de la puissance individuelle.

S’inspirant de Aron, Serge Sur écrit : « on définira la puissance comme une capacité. Capacité de faire, capacité de refuser de faire.


En résumé : le Pouvoir est la capacité de Faire faire - La Puissance est la capacité de Faire 


Parce que la Femme est essentiellement dans l'Être, et non pas dans l'Avoir ... nous pouvons alors parler de Puissance Féminine, et non de Pouvoir Féminin.

 

14 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page